Les lasers CO2 étaient utilisés afin de réaliser une abrasion cutanée étendue dans le traitement du vieillissement cutané ou des cicatrices (acné notamment).

  • Cependant la perte de tissus obligeait le patient à réaliser des pansements (comme pour les brûlés) et les suites opératoires étaient donc lourdes et longues.
  • De plus la douleur générée par ce traitement imposait l’anesthésie générale si l’on voulait traiter tout le visage.

Aujourd’hui, une nouvelle génération de laser CO2 apparait :

  • Dotés d’un scanner, ils permettent de traiter la peau en réservant des espaces d’épiderme sain, ce qui limite considérablement la douleur (aucune anesthésie nécessaire), permet à la peau de garder sa fonction barrière (pas de pansements à faire, peu de risques d’infection), et n’impose qu’une courte éviction sociale (la peau est maquillable après 24h).
  • De plus le faisceau laser permet de chauffer le derme de façon à stimuler la contraction du collagène et la synthèse des constituants du derme. La peau apparait plus tendue, les reliefs cutanés s’estompent. On parle de relissage fractionnel.

Ce traitement révolutionnaire s’adresse aux peaux présentant des fractures dermiques telles que les rides, les cicatrices d’acné, les vergetures etc…

Selon les souhaits du patient, 2 à 4 séances sont nécessaires.